St-art 2012 !

~ St-art est une foire annuelle d’art contemporain au parc des expositions au Wacken à Strasbourg, que je suis allée découvrir dans le cadre des cours le 23 novembre dernier. Elles est la deuxième exposition la plus ancienne de France, la première hors Paris, comptant 26 000 visiteurs chaque année. Réunissant une vingtaine de pays dans plus de cent galeries, 2012 marque la 17e édition de cette foire européenne d’art contemporain.

St-art 2012 ! dans travaux plastiques st-art

~ À la suite de cette visite, j’ai réalisé un objet sympa, intriguant, fait de surprises à découvrir. Il représente ma vision de cette expo que j’appréhendais au départ mais qui m’a plu au final. De ce fait, elle m’a agréablement surpris, fait parfois d’interaction avec l’œuvre et d’interrogations comme je l’ai voulu pour ma création. 

~ Croquis, photos, et citations le rendent dynamique et plaisant je l’espère. Il joue avec la transparence, la lumière révèle des éléments, d’autres sont discrets, il faut pousser, tirer, les faire coulisser… Même l’interrupteur est à chercher si vous ne connaissez par l’objet et donc l’existence de celui la. 

~ Ce projet a évolué au fil de sa réalisation, même si j’en avais une idée précise au départ. J’ai du faire face à des problèmes liés aux matériaux (le papier ondule sous l’effet de la colle…), aux dimensions (s’adapter à celles du néon…), à la transparence (la lumière révèle des erreurs de découpe, des raccords…)

st-art-8 dans travaux plastiques

~ Je me suis amusée pour ce projet. J’ai pu faire ce que j’aimais : réfléchis à un patron en volume, découpe, mesures, me compliquer la tâche… Sans oublier de travailler mes faiblesses : le dessin et la composition de l’illustration. 

~ Ci après, un dossier photos complémentaire du projet en cours.

St-art 2012 !
Album : St-art 2012 !

20 images
Voir l'album
 


Le jouet.

Un projet inspiré d’un jouet de notre enfance. Je vous présente Bibiphoque, une figurine vieille de 18ans qui m’a accompagné, petite, dans tous mes jeux. 

Le jouet. dans travaux plastiques img007

Un premier travail pour s’approprier les proportions du jouet en perspective.

img011 dans travaux plastiquesRéalisation d’un dessin en trame*, afin de transcrire les ombres et les lumières avec toutes les nuances de gris.

p1070780

Suite et fin d’un travail plus expressif et plastique sur le jouet. Un thème principal: le souvenir, autour duquel doit s’axer la représentation du jouet et sa mise en scène. J’ai réalisé 16 éléments de même dimensions en série*, représentant Bibiphoque. Il s’agit de vieillir, d’abîmer le support, de travailler la silhouette, plus ou moins lisiblement, sous divers points de vues, avec différentes techniques et outils : le tampon, la ligne continue, le relief, de la main gauche… La gamme colorée bleue m’a été guidée par la réalisation d’un cyanotype* du jouet qui connote, par son aspect et époque, l’autrefois, l’ancien.

p1070798

Imaginez retrouver cette collection dans un grenier après des générations. Allons plus loin, imaginez y découvrir deux vieilles mâles. Telle est mon idée pour la mise en scène du projet. J’ai réalisé quatre caissons formant deux diptyques*. Ils sont tapissés d’anciens papiers peints qui m’évoquent la maison de ma grand mère dans laquelle j’ai grandis. C’est aussi un moyen de gommer les imperfections de la constructions du caisson. Chacun est doté d’un éclairage tamisé connotant la douceur, le rêve et mettant en valeur chaque élément suspendu devant comme les premiers jouets d’enfants pendu au lit ou à la poussette. Certains jouent avec la lumière, faisant apparaître des détails, révélant de nouveaux éléments. Enfin le tissus éponge molletonné capitonnant le fond a été choisi pour évoquer aussi la douceur des habits, landau,  ou couette de notre enfance. Mais aussi parce qu’il est un parfait moyen de camoufler les câbles.

~ Quel soulagement en mettant la touche finale à ce projet ! Je pensais être plus déstabilisée pour la dernière partie, mais en réalité, je me suis bien amusée.

p1070802

Visionnez dans l’album des photos du projet en cours.

Le jouet.
Album : Le jouet.

18 images
Voir l'album

 


Fabriquer du papier : recyclé et végétal.

Le papier végétale

Image de prévisualisation YouTube

Fabriquer du papier : recyclé et végétal.
Album : Fabriquer du papier : recyclé et végétal.

17 images
Voir l'album

~  Le Matériel :

- des plantes fibreuses, - un fait-tout, - de l’eau, - de la soude liquide ou lessive de soude, - un mixeur, - du chlore ou de la javel, - deux cadres de bois de la même taille (format aléatoire), sur l’un desquels est tendu un tamis (moustiquaire ou treillis fin), - un grand bac / contenant, - des tissus épais absorbants (alèze, feutre,…), - une éponge, - une presse ou des poids.

~ La collecte :

Prélever en grande quantité, des végétaux, les plus fibreux possibles, arrivés à maturité. Avec un kilo d’orties, j’ai réalisé 4 feuilles au format A4. On peut aussi utiliser par exemple, des feuilles de châtaignier, fougères, rhubarbe, poireaux, plants de courges,… mais aussi des tiges et feuilles de tulipes, du céleri, du bambou, des fanes de carottes, des feuilles de maïs… ou encore toutes sortes d’herbes, graminées, paille, algues…

~ La cuisson :

Faire cuire les végétaux morcelés dans un fait-tout pendant environ 2 heures avec 10 doses d’eau pour 1 dose de lessive de soude ou soude liquide. La soude élimine la pulpe des végétaux et ne laisse que les fibres. Remuez de temps en temps pour une cuisson homogène.

~ La pâte à papier :

Mixer ensuite les végétaux. Plus ils seront mixés, plus la pâte et donc le grain du papier seront fins. On obtient alors une pâte à papier qu’il faut rincer abondamment à travers une passoire fine ou un tissus, pour filtrer en éliminant l’eau souillée et la soude. On peut ensuite blanchir la pâte à papier avec du chlore ou de la javel. Après trois semaines, ma pâte d’orties est passée du vert foncé presque noir, au beige clair.

~ La feuille végétale :

Versez la pâte dans un bac rempli d’eau. Il doit être assez grand pour y plonger les cadres tenus en mains, et assez haut (environ 30cm) pour éviter les débordements lors de la manipulation. Plus il y a d’eau dans le bac, plus le papier sera mince.

Remuez le mélange juste avant de plonger le tamis (treillis vers le haut) et le cadre posé dessus (les deux tenus ensemble à deux mains) dans le liquide. Remonter tout doucement les deux cadres hors de l’eau, en les gardant à niveau. La pâte se repartie alors harmonieusement sur le tamis. Mouillées, les fibres ont la capacité de se lier entre elles, ce qui donne la solidité de la feuille. Sortir le tamis du bac et laisser s’égoutter l’eau.

~ Le séchage :

Enlever délicatement le cadre du dessus et retourner le tamis sur des tissus absorbants. Eponger un maximum d’eau à l’aide d’une éponge, à travers le tamis, pour que la feuille s’en détache. Le second cadre retiré, il faut recouvrir la feuille de tissus et mettre la pile sous presse ou sous des poids. Les tissus absorbent beaucoup d’eau, le séchage de ma feuille a duré une semaine, en remplaçant chaque jour les tissus mouillés par des secs.

Le séchage peut être accéléré au sèche cheveux, au fer à repassé, au soleil, ou devant un chauffage, mais le risque est que la feuille se déforme, ondule, d’où la nécessité de laisser les feuilles sous presse.

~ Allez plus loin :

On peut aussi créer des incrustations dans la feuille de papier. J’ai essayé avec des plumes, que l’on pose sur la feuille de papier, le tamis tout juste sorti du bac d’eau, avant de le retourner sur le coussin de tissus absorbants.

Pour exploiter au maximum ma pâte à papier, j’ai réalisé une dernière feuille, en versant directement l’eau du bac a travers le tamis. L’eau, pourtant claire, était encore chargée en particules d’orties et cela a suffit.

Le papier recyclé

Le matériel et l’expérience sont similairement les mêmes, mais cette fois ci se sera des fibres de cellulose en suspension dans l’eau. Il ne faut pas utiliser de soude, ni de chlore ou de javel car il n’est pas nécessaire de blanchir le papier.

Utiliser du papier toilette par exemple, pour une feuille très blanche. Le papier journal est chargé en encre, la pâte à papier sera grise. Le papier glacé ne boit pas facilement l’eau.

Déchiqueté le papier dans l’eau, chaude de préférence. Une fois imbibé, le mixer… la procédure à suivre est maintenant identique à celle précédemment développée.

On peut réaliser des feuilles de papier recyclé associé avec des végétaux. Les feuilles que j’ai réalisées sont à base de papier toilette, d’orties, de poireaux et de choux blanc.


Moulage mains.


Pâte à sel.


123456...13

Aescla |
situveux |
créations sans frontières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Strong metal 29
| ah les peintures de flo
| LE M.U.R. DE L'ART