Boite brico’lab

0

Ce projet a débuté par la fabrication d’un caisson d’une boite parallélépipédique toute simple. Les proportions étaient libres mais les dimensions limitées à l’échelle de la main pour aboutir à une boite aisément manipulable.

Vous me connaissez, je me suis donc réjouis de démarrer un projet manuel, d’autant plus que nous avions accès aux différentes machines de l’atelier. Joie ! J’étais comme une enfant sur un terrain de jeu !

La différence entre mes projets perso et celui ci qui devait répondre à une demande, était la technique d’assemblage. J’avoue que de manière générale, j’y accorde peu d’importance puisqu’une fois peinte, la pièce ne laisse rien voir de ses raccords. Mais ici, l’attention est toute particulièrement portée sur le mode choisi pour assembler les différentes faces de la boite. Nous avons précédemment étudié les diverses techniques possibles de joindre deux pièces de bois.

Par la même occasion, nous avons profité de ce projet pour s’exercer à la manipulation du logiciel Solidworks. Ce programme est un modeleur 3D de conception assistée par ordinateur, fonctionnant uniquement sous windows, créé en 1993 par l’éditeur américain éponyme. Il génère 3 types de fichiers : les pièces, l’assemblage et la mise en plan. Ces fichiers sont en relation, donc toute modification sur l’un d’eux est répercutée vers tous les autres. J’ai commencé par modéliser les 6 faces, puis je les ai assemblées pour créer la boite avant la mise en plan composée de géométraux, coupes, et différentes vues… Voyez là haut un premier essai à la main.

Seul le couvercle de cette boite aura fait l’objet d’investigations spécifiques et aura pu prendre une forme particulière. La demande était qu’à partir d’un ou deux matériaux de récupération, nous avions à expérimenter des mises en œuvre diverses : découpe, perçage, incrustation, collage, assemblage, ponçage, grattage… Le but étant de tirer parti des caractéristiques du matériau pour révéler la matière sous un jour nouveau. J’ai commencé par expérimenter des matériaux pour appréhender leur manipulation, leur réaction et diriger mon choix.

20

~ J’avais hâte de commencer la réalisation de la boite et me doutais que mon obsession du soin n’allait m’aider à optimiser mon temps. Je n’ai jamais était aussi pleine de poussière et de sciure hantée par un ponçage parfait. J’adore ! Un projet réalisé en un clin d’oeil n’a pas ma fierté devant un autre où je dépense de l’énergie, du temps et des nerfs à sa réussite. Le processus suivi pour la boite et le couvercle finalement fabriqué est raconté dans l’album photo.

Ce que j’aurai fait différemment si je pouvais retourner en arrière ? Oui, vous savez que je remets toujours en question mes projets. On apprend de ces erreurs car tout n’est pas prévisible avant la mise en œuvre. On se laisse surprendre par la tournure des évènements, c’est ça qui me plait ! Souvent on peut palier au problème mais parfois il faut s’adapter.

• Le mdf aurait été moins épais (du 10mm plutôt que du 12mm) et les dimensions légèrement diminuée (15cm plutôt que 20cm de côté).

• La découpe intérieure dans mon socle de couvercle aurait été ronde.

• Du verre aurait été choisi à la place du plexis ; plus difficile à découper bien que j’ai l’outil, mais il ne se raye pas !

• A partir du tressage en ficelle, j’aurai réalisé un système de fermeture du couvercle, ou de charnière.

• Si le temps ne m’avait pas manqué, j’aurai plus soigné la peinture de finition.

• Le système d’emboitement du couvercle aurait été revu pour plus d’efficacité.

Boite bricolab
Album : Boite brico'lab

26 images
Voir l'album


Laisser un commentaire

Aescla |
situveux |
créations sans frontières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Strong metal 29
| ah les peintures de flo
| LE M.U.R. DE L'ART