Bill Viola – Biographie et oeuvres.

Bill Viola - Biographie et oeuvres. dans articles liés violakp9-7-08_2213

~ Bill Viola est né en 1951 à New-York, c’est un artiste vidéaste reconnu pour ces installations monumentales. Enfant, on reconnaît déjà chez lui sa passion pour l’art. Il étudie les arts plastiques à New-York, mais trouve les cours trop traditionnels. C’est en quittant les cours qu’il prend contact avec la vidéo et la musique électronique sur synthétiseur.

~ Il commence des installations vidéo en 1972. Voici quelques unes de ses oeuvres :

En 1983 il s’enferme dans une pièce pendant trois jours où il se film entrain de lutter contre la faim et le sommeil. La bande est ensuite compressée en une vidéo de 19 minutes.

 Heaven & Earth (ciel et terre) 1991 : 

billviola6 dans articles liésCette année là, il perdit sa mère et accueillit son deuxième fils simultanément. Il créa alors cette oeuvre : deux télévisions face à face à la verticale ; sur celle du haut, une vidéo de sa mère sur son lit de mort, des images de son fils quelques heures après la naissance en bas. S’ajoute des paysages déserts, Viola se réveillant en sursaut dans son lit, des objets tombants, accompagnés de sons sourd ou stridents. Les écrans cathodiques permettent aux images de se refléter l’une dans l’autre évocateur du cycle de la vie : une vie disparue laissant place à une nouvelle.

Image de prévisualisation YouTube

The Greeting (la salutation) 1995 : Il s’inspire d’un tableau du 16e siècle : la Visitation de Jacopo Pontormo pour réaliser un film de 45 secondes ralenti en 10min représentant la scène prenant vie. Trois femmes, dont une enceinte se rencontrent dans une rue imaginaire. À vous de juger le résultat.

Five Angels for the Millennium (cinq anges pour le millénaire) 2001 : Cette installation est composée de cinq grands écrans de projection vidéo disposés dans une pièce sombre montrant des vidéos différentes mais avec un point commun : l’eau. Sur les thèmes de la naissance, de la mort et de la résurrection, chaque vidéo met en scène le plongeon ou le jaillissement de corps dans l’eau, au ralenti, à l’envers, dans le silence, jusqu’au passage à la surface dans un bruit assourdissant.

Ocean Without a Shore (océan sans un rivage) 2007 : Il passe en boucle la vidéo montrant une vingtaine de personnes passant successivement un rideau d’eau les faisant ouvrir les yeux sur leur condition de mortel dans ce monde. 

~ J’ai été surprise par l’élément récurrent dans ses vidéos qu’est l’eau. J’ai ensuite compris qu’elles faisaient échos à sa propre expérience car lui aussi a réalisé que la vie était éphémère dès l’âge de 6ans, lorsqu’il faillit se noyer en tombant d’un bateau. La vie et la mort sont deux thèmes récurrents chez Bill Viola qu’il confronte sans arrêt. Il créait une atmosphère angoissante et stressante qu’il nous transmet pour aller au delà d’un simple visionnage de la vidéo, il veut qu’on la ressente, qu’on la vive

« Le véritable lieu ou l’œuvre existe ne se trouve pas sur l’écran ou à l’intérieur des murs mais dans l’esprit et le cœur de la personne qui l’a vu » Bill Viola

~ Ce que j’ai aimé chez Bill Viola ce n’est pas tant ces vidéos mais leur réalisation, car il bricole des systèmes de prise de vue avec des miroirs pour élargir le champ, des moteurs ou des mécanismes pour mettre en mouvement sa caméra par exemple. Je me suis dès le début intéressée au making of de ses œuvres car je ne saisissais d’abord pas leur sense. J’ai compris qu’en tant qu’autodidacte, il travaillait avec les moyens du bord. Pour un plan en plongée, il fabriqua un support suspendu à un arbre pour y déposer l’appareil et le mettre à niveau avec toutes sortes de contre poids. Il fabrique ses zooms lui même, pour cadrer en macro une goutte d’eau par exemple…

~ Au final, ce qui est impressionnant c’est qu’il arrive à donner un sentiment d’étrangeté et d’angoisse à l’image la plus banale, à travers ses vidéos sans trucages mais uniquement grâce à un jeu de sons et lumières pendant ses prises de vues. C’est un artiste qui vie pour et de sa passion car il se livre lui-même, dans ses bandes, à des expérimentations mettant en jeu ses propres limites.


Laisser un commentaire

Aescla |
situveux |
créations sans frontières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Strong metal 29
| ah les peintures de flo
| LE M.U.R. DE L'ART